Thèse : Exploration de l’éthologie à fine échelle comme levier d’amélioration des engins de pêche (H/F) - Lorient, Bretagne, FR - IFREMER

Publiée le: 3/24/2021

Résumé de l'offre

Description de l'offre

Poste à pourvoir: Thèse : Exploration de l’éthologie à fine échelle comme levier d’amélioration des engins de pêche (H/F)

Référence du poste : PV-2021-906

Structure d'accueil : Département des Ressources Biologiques et Environnement

Unité de recherche Sciences et Technologies Halieutiques

Laboratoire Technologie Biologie Halieutique

Localisation :  Lorient, Bretagne, FR

Durée du contrat : 3 ans

 

Date de clôture de réception de candidatures : 02/05/2021

 

 

L’Ifremer

Reconnu dans le monde entier comme l’un des tout premiers instituts en sciences et technologies marines, l’Ifremer s’inscrit dans une double perspective de développement durable et de science ouverte. Il mène des recherches, innove, produit des expertises pour protéger et restaurer l’océan, exploiter ses ressources de manière responsable, et partager les connaissances et les données marines afin de créer de nouvelles opportunités pour une croissance économique respectueuse du milieu marin.

Présents sur toutes les façades maritimes de l’hexagone et des outremers, ses laboratoires sont implantés sur une vingtaine de sites dans les trois grands océans : l’océan Indien, l’Atlantique et le Pacifique. Pour le compte de l’Etat, il opère la Flotte océanographique française au bénéfice de la communauté scientifique nationale. Il conçoit ses propres engins et équipements de pointe pour explorer et observer l’océan, du littoral au grand large et des abysses à l’interface avec l’atmosphère.

Ouverts sur la communauté scientifique internationale, ses 1500 chercheurs, ingénieurs et techniciens font progresser les connaissances sur l’une des dernières frontières inexplorées de notre planète ; ils contribuent à éclairer les politiques publiques et à l’innovation pour une économie bleue durable. Leur mission consiste aussi à sensibiliser le grand public aux enjeux maritimes.

Fondé en 1984, l'Ifremer est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), dont le budget avoisine 240 millions d’Euros. Il est placé sous la tutelle conjointe des ministères de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), de la Transition écologique et solidaire (MTES), de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA).

 

Description de l'offre:

Les thématiques de recherche de l’unité STH (Sciences et Technologie Halieutique) s’articulent autour de trois axes : l’amélioration des connaissances sur la biologie et l’écologie des espèces exploitées, l’étude des interactions usages/écosystème et le développement de méthodes d’évaluation des stocks dans le cadre de l’approche écosystémique des pêches.

Les principaux enjeux pour l’unité sont de contribuer aux mutations conduisant à une exploitation des ressources halieutiques écologiquement durable et socio-économiquement profitable. Ils s’inscrivent dans la mise en œuvre de l’approche écosystémique des pêches dans un contexte réglementaire renouvelé (directive cadre Stratégie pour le milieu marin, politique commune de la pêche).

Cette thèse sera positionnée au laboratoire de Technologie et Biologie Halieutiques (LTBH) à Lorient, dont un des objectifs est l’amélioration de la sélectivité des engins de pêche. De nombreuses études ont été menées par le LTBH avec les professionnels de la pêche et ont permis de développer et tester de nouveaux dispositifs d’un point de vue opérationnel sur différentes flottilles et zones de pêche à travers le monde.

 



Résumé de la thèse

Le comportement des espèces joue un rôle clé dans le processus de capture par les engins de pêche. Il a été inféré par les connaissances empiriques des pêcheurs professionnels, mais n’a quasiment jamais été validé par des observations in situ et en conditions réelles de pêche, en raison des limites imposées par l’utilisation de lumière artificielle et du temps de traitement des données d’imagerie. L’objectif de cette thèse est de fournir une perspective nouvelle et plus fine sur la compréhension du comportement des espèces en interaction avec les engins grâce aux avancées technologiques récentes en matière d’imagerie et de traitement du signal. Des expériences en milieu contrôlé seront effectuées pour déterminer l’influence de l’utilisation de lumière visible (400-700 nm) et infrarouge (>800 nm) et étudier les réponses comportementales à des stimuli transférables aux technologies de pêche afin d’améliorer la sélectivité des engins. Elles seront complétées par de l’échantillonnage in situ et en conditions réelles de pêche. La seconde partie visera à déterminer la capacité des intelligences artificielles (deep learning) à extraire des informations éthologiques de façon automatisée à partir de données d’imagerie. Enfin, les comportements et interactions espèces-engins de pêche seront analysés plus largement en ré-exploitant la base de données d’imagerie collectée par le laboratoire.

Objectifs : Trois résultats principaux sont attendus comme résultats du doctorat. Le premier est l'adaptation d'un système d'observation infrarouge pour enregistrer le comportement des animaux sans utiliser de lumière artificielle (c'est-à-dire "visible"). Ce système aura une large gamme d'applications pour l'étude des processus à échelle fine (c'est-à-dire dans la gamme de ~10 cm à 3 m) tels que les interactions avec les engins de pêche, les dispositifs sélectifs et entre les espèces. La seconde est une meilleure connaissance du potentiel de l'intelligence artificielle pour gérer la tâche très longue d'extraction des données éthologiques à partir des données d'imagerie. Le troisième résultat attendu est la compréhension fine des interactions entre les espèces et les engins d'échantillonnage et/ou de pêche et les dispositifs sélectifs. Ce manque de connaissances entrave actuellement le développement d'engins de pêche innovants.

 



Mots-clés

Éthologie appliquée aux pêcheries, Sélectivité, Imagerie, Reconnaissance automatique d’images, Deep learning

 

 

Profil recherché

  • Le candidat devra être titulaire d’un Master, avec une formation initiale en écologie marine ou quantitative.
  • Il aura un attrait marqué pour la combinaison d’expérimentation et de modélisation/analyse de données.
  • Il saura travailler tant en autonomie qu’en équipe.
  • Le candidat sera polyvalent : il possèdera de bonnes aptitudes à travailler sur le terrain et en laboratoire avec des animaux vivants (poissons, crustacés) et sera à l’aise avec les outils d’imagerie, ainsi qu’en informatique et analyse de données.

 

Compétences spécifiques

  • Intérêt avéré pour l’imagerie et l’intelligence artificielle
  • Manipulation d’animaux vivants (poissons, crustacés)
  • Programmation sous R et/ou Python
  • Connaissances en écologie marine et éthologie appréciées
 

 



Conditions de travail

  • Temps plein sur le site Ifremer de Lorient
  • Travail en laboratoire et en mer (travail en fin de semaine possible)
  • Déplacement en France et à l’étranger (expérimentations, groupes de travail, conférences)
  • Possibilité de mobilité internationale (3 mois max)

 

Véritable opportunité de travailler sur les thématiques prioritaires de l’Ifremer, les contrats doctoraux proposés par l’Ifremer ouvrent droit, pour une durée de 3 ans, à une rémunération forfaitaire mensuelle brute égale à 1900 euros, non cumulable avec d’autres bourses d’étude.

 



Comment postuler ?

Le dossier de candidature doit comprendre :

  • un CV
  • une lettre de motivation
  • une lettre de référence
  • un relevé de notes (Licence + Master 1 et premier semestre Master 2)

L’ensemble des documents doit être déposé sur ce site sous la forme de 2 documents.PDF. Chaque document pouvant aller jusqu'à 1.5 MB.

Si vous rencontrez un problème pour joindre vos documents, merci de déposer votre CV sur ce site (Pour que nous puissions assurer le suivi, cette démarche est obligatoire pour la prise en compte de votre candidature) et d’envoyer votre dossier par au directeurs de thèse : dorothee.kopp@ifremer.fr et robin.faillettaz@ifremer.fr

 

La date limite pour la remise des candidatures est le 2 mai 2021. Néanmoins, nous vous engageons fortement à faire part dès que possible de votre intention de postuler, en prenant contact avec le responsable de sujet.

Les contrats des doctorants démarreront à compter du 1er octobre 2021, sous réserve de la production par le doctorant des documents administratifs autorisant son recrutement par l’Ifremer (attestation de réussite au master 2 ou diplôme d’ingénieur + visa pour les doctorants étrangers hors U.E.).

 

 

 

Pour postuler

Date de clôture de réception de candidatures : 02/05/2021

Toutes nos candidatures sont traitées exclusivement via notre site Carrières.