Chercheur en écologie quantitative (H/F) - Nantes, Pays de la Loire, FR - IFREMER

Publiée le: 3/22/2021

Résumé de l'offre

Description de l'offre

Poste à pourvoir: Chercheur en écologie quantitative (H/F)

Référence du poste : PV-2021-022

Structure d'accueil :  Département des Ressources Biologiques et Environnement

Unité de recherche Ecologie et Modèles pour l’Halieutique

 

Localisation :  Nantes, Pays de la Loire, FR

 

Date de clôture de réception de candidatures : 30/04/2021

 

 

 

 

L’Ifremer

Reconnu dans le monde entier comme l’un des tout premiers instituts en sciences et technologies marines, l’Ifremer s’inscrit dans une double perspective de développement durable et de science ouverte. Il mène des recherches, innove, produit des expertises pour protéger et restaurer l’océan, exploiter ses ressources de manière responsable, et partager les connaissances et les données marines afin de créer de nouvelles opportunités pour une croissance économique respectueuse du milieu marin.

Présents sur toutes les façades maritimes de l’hexagone et des outremers, ses laboratoires sont implantés sur une vingtaine de sites dans les trois grands océans : l’océan Indien, l’Atlantique et le Pacifique. Pour le compte de l’Etat, il opère la Flotte océanographique française au bénéfice de la communauté scientifique nationale. Il conçoit ses propres engins et équipements de pointe pour explorer et observer l’océan, du littoral au grand large et des abysses à l’interface avec l’atmosphère.

Ouverts sur la communauté scientifique internationale, ses 1500 chercheurs, ingénieurs et techniciens font progresser les connaissances sur l’une des dernières frontières inexplorées de notre planète ; ils contribuent à éclairer les politiques publiques et à l’innovation pour une économie bleue durable. Leur mission consiste aussi à sensibiliser le grand public aux enjeux maritimes.

Fondé en 1984, l'Ifremer est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), dont le budget avoisine 240 millions d’Euros. Il est placé sous la tutelle conjointe des ministères de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), de la Transition écologique et solidaire (MTES), de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA).

 

Description de l'offre :

L’enjeu de l’unité est de développer des connaissances et des méthodes pour l’approche écosystémique des pêches, et en particulier pour l'évaluation intégrée des écosystèmes. L’unité contribue à la définition des conditions d’une exploitation durable des ressources halieutiques et des écosystèmes. Son projet de recherche comporte trois axes thématiques : Mécanismes et réponses des composantes de l’écosystème aux pressions, Évaluation intégrée de l’état des écosystèmes et Évaluation de stratégies de gestion intégrée. S’y ajoute un quatrième regroupant les activités liées au Système d’information halieutique (SIH), l’expertise et la qualité.

 

Les écosystèmes marins côtiers sont soumis à de multiples pressions d’origine anthropique qui affectent de manière variable les habitats, la dynamique des populations, la biodiversité, et la structure et le fonctionnement des communautés. Ces impacts peuvent être causés de manière directe par le prélèvement des ressources marines, la modification ou la destruction d’habitats et la pollution, mais aussi de manière indirecte par l’augmentation de la température moyenne et l’acidification des océans.

 

L’impact des activités humaines sur les zones côtières est souvent étudié séparément pour différentes pressions, en raison notamment des difficultés méthodologiques d’appréhender leurs interactions. L'évaluation de l'impact des pressions multiples nécessite d'identifier les échelles spatiales et temporelles auxquelles elles agissent, de comprendre l’influence directe et indirecte des multiples pressions sur les différents processus à l'échelle des populations et des communautés.

 

Dans ce contexte, le/la chercheur.se viendra renforcer les effectifs et compétences en écologie marine quantitative, côtière et estuarienne de l’unité EMH. Il/elle mènera et participera à la recherche portant sur la quantification, modélisation et prédiction des impacts des pressions multiples sur les populations, communautés et écosystèmes aquatiques côtiers. Il/elle contribuera à la collecte d’observations pour la recherche et à l'expertise dans le cadre réglementaire des conventions entre l’Ifremer et les ministères français concernant par exemple les expertises sur les extractions de granulats ou les installations de parc éoliens marins.

 

 



Missions principales

 

  • Caractériser et quantifier les impacts écologiques des pressions multiples en zone côtière, en particulier sur les populations et communautés de poissons.
  • Analyser puis projeter à l’aide de modèles mécanistes et/ou statistiques la réponse des individus, populations et communautés de poissons à différents scénarios d’évolution des pressions multiples naturelles et anthropiques, y compris des scénarios de restauration.
  • Contribuer à l’expertise nationale sur le domaine côtier (extraction granulats, éoliennes, etc.) et participer à différents groupes de travail internationaux au sein du Conseil International pour l'Exploration de la Mer (CIEM, WGEXT - Effects of Extraction of Marine Sediments on the Marine Ecosystem, WGCEAM – Cumulative Effects Assessment approaches in Management, …).


Activités principales

  • Analyse statistique intégrée de données de traits fonctionnels (génotype, isotopes, acides gras, biométrie, ...), de composition des communautés (abondance, biomasse, ADNe, …) et de pressions anthropiques et naturelles sur le milieu côtier. Décrire les relations entre les pressions et les états des écosystèmes afin de développer des indicateurs d’effets cumulés de pressions.
  • Développer des modèles mécanistes (par ex. IBM) ou/et statistiques pour décrire et expliquer la dynamique spatio-temporelle des populations et communautés et pour évaluer des scénarios de pressions multiples sur la bande côtière.
  • Participer à l’expertise nationale (extraction de granulats, EMR) et internationale sur l’impact des pressions anthropiques et participation aux groupes de travail CIEM.
  • Élaborer des projets de recherche avec des partenaires nationaux et internationaux.
  • Publication d’articles scientifiques.
  • Encadrement de stagiaires, doctorants et post-doctorants.

 



Champs relationnel

  • En interne Ifremer : Unités halieutiques, GM, BE, PFOM, DYNECO, unités impliquées dans la DCSMM

 

  • En externe :
    • National : Office français de la biodiversité, ministères, Groupements de recherche
    • International : Groupes d’experts CIEM, scientifiques

 

 

Profil recherché

  • Thèse en écologie marine quantitative
  • Expérience post doctorale

Compétences techniques / métiers  :

 

  • Écologie marine quantitative
  • Modélisation
  • Dynamique des populations et des communautés
  • Anglais
  • Capacités rédactionnelles (articles, rapports)
  • Capacité au montage et à la coordination de projets
  • Capacités à l’encadrement (stagiaires, doctorants, post doctorants)
  • Programmation (e.g., R, C++, Java)

 

Qualités personnelles  :

  • Autonomie, rigueur, curiosité
  • Capacité d’animation scientifique et travail en réseau pluridisciplinaire
  • Capacité à travailler en équipe
  • Intérêt et aptitude au travail à la mer

 

 

 



Conditions de travail

  • Temps complet
  • Embarquements

 

 

 

Pour postuler

Date de clôture de réception de candidatures : 30/04/2021

Toutes nos candidatures sont traitées exclusivement via notre site Carrières.