Thèse en océanographie côtière : modélisation couplée écologie et environnement physique (H/F) - Brest / Brisbane (Australie) - IFREMER

Publiée le: 3/30/2021

Résumé de l'offre

Description de l'offre

Poste à pourvoir: Thèse en océanographie côtière : modélisation couplée écologie et environnement physique (H/F)

Référence du poste : PV-2021-930

Structure d'accueil : Département Oceanographie et Dynamique des Ecosystemes

Unité de recherche Dynamique des Ecosystèmes Côtiers

Localisation :  Brest, Bretagne, FR

Durée du contrat : 3 ans

 

Date de clôture de réception de candidatures : 02/05/2021

 

 

L’Ifremer

Reconnu dans le monde entier comme l’un des tout premiers instituts en sciences et technologies marines, l’Ifremer s’inscrit dans une double perspective de développement durable et de science ouverte. Il mène des recherches, innove, produit des expertises pour protéger et restaurer l’océan, exploiter ses ressources de manière responsable, et partager les connaissances et les données marines afin de créer de nouvelles opportunités pour une croissance économique respectueuse du milieu marin.

Présents sur toutes les façades maritimes de l’hexagone et des outremers, ses laboratoires sont implantés sur une vingtaine de sites dans les trois grands océans : l’océan Indien, l’Atlantique et le Pacifique. Pour le compte de l’Etat, il opère la Flotte océanographique française au bénéfice de la communauté scientifique nationale. Il conçoit ses propres engins et équipements de pointe pour explorer et observer l’océan, du littoral au grand large et des abysses à l’interface avec l’atmosphère.

Ouverts sur la communauté scientifique internationale, ses 1500 chercheurs, ingénieurs et techniciens font progresser les connaissances sur l’une des dernières frontières inexplorées de notre planète ; ils contribuent à éclairer les politiques publiques et à l’innovation pour une économie bleue durable. Leur mission consiste aussi à sensibiliser le grand public aux enjeux maritimes.

Fondé en 1984, l'Ifremer est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), dont le budget avoisine 240 millions d’Euros. Il est placé sous la tutelle conjointe des ministères de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), de la Transition écologique et solidaire (MTES), de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA).

 

Description de l'offre:

Le doctorant sera principalement accueilli au sein du laboratoire DHYSED de l’unité DYNECO de l’Ifremer. Il interagira également fortement avec le laboratoire LEBCO de la même unité.

L’objectif de l’unité DYNECO est d’étudier la réponse des écosystèmes côtiers à un certain nombre de pressions anthropiques et naturelles. L’approche générale repose sur l’analyse des processus physiques et biogéochimiques moteurs de l’écosystème et sur la mise en œuvre d’une démarche intégratrice basée sur l’expérimentation, l’observation in situ et la modélisation. Ses axes de recherche portent sur : i) les flux de matières dans le continuum homme-terre-mers côtières, ii) les dynamiques spatiales et temporelles des interactions Homme-Habitats-Biodiversité et iii) les méthodes pour l’analyse des écosystèmes en croisant observation, expérimentation et modélisation.

Au sein de l’unité DYNECO :

  • le laboratoire DHYSED étudie les processus hydro-sédimentaires en interaction avec le biotope et les activités anthropiques à différentes échelles spatiales (i.e. des façades métropolitaines aux estuaires) et temporelles (de la marée au pluri décennal).
  • Le laboratoire LEBCO s’intéresse à la diversité et au fonctionnement des écosystèmes marins côtiers et plus particulièrement aux réponses des espèces et des communautés face aux pressions naturelles et anthropiques

 

Au cours de ce travail, le doctorant sera également accueilli au Data Sciences Centre de Queensland University of Technology à Brisbane (Australie). Ce centre s’intéresse à la compréhension des systèmes environnementaux naturels via le développement d’outils numériques et de méthodes statistiques pour l’écologie et la gestion des espaces naturels.

 



Résumé de la thèse

 

La régression mondiale des herbiers est préoccupante, car comme d’autres espèces dites ingénieures (ex: coraux), ils forment des habitats côtiers d’importance écologique majeure. Plusieurs initiatives de conservation, allant de l’échelle locale à l’échelle mondiale, ont été mises en œuvre depuis trente ans dans l'objectif d'enrayer le recul de ces écosystèmes. Dans ce contexte, prédire la dynamique des herbiers (croissance, extension, régression) en fonction des perturbations naturelles et anthropiques impactant leur environnement physico-chimique dans un contexte de changement climatique est essentiel pour anticiper et améliorer l'efficacité des mesures de conservation. Cependant, cette dynamique est complexe à appréhender du fait de rétroactions multiples entre dynamique écologique et hydrodynamique sédimentaire. Si la modélisation représente un outil unique pour comprendre ces dynamiques complexes, combiner modèles écologique et hydro-sédimentaire dans le contexte d’une application concrète à un écosystème régional associé à l’herbier demeure un défi à la fois conceptuel et méthodologique. Cette thèse s’inscrit dans cet objectif et a pour but de comprendre et simuler la dynamique long terme de ces habitats remarquables en développant une approche hybride de modélisation couplant un modèle côtier d’hydrodynamique sédimentaire et des réseaux bayésiens dynamique décrivant la dynamique des herbiers.

 

 



Mots-clés

Modélisation, herbiers, réseaux bayésiens dynamiques, couplage, hydrodynamique sédimentaire, changement climatique, pressions anthropiques, gestion, résilience

 

 

Profil recherché



Profil

 

  • M2 en modélisation écologique ou data sciences appliquées à l’environnement ou océanographie côtière
  • Connaissance des processus hydro-sédimentaires et écologiques structurant la dynamique des écosystèmes côtiers.
  • Intérêt pour l’interdisciplinarité notamment entre physique et biologie
  • Bonne connaissance des méthodes d’apprentissage automatique (e.g. réseaux bayésiens ou Machine Learning, Réseaux neuronaux)
  • Bonne connaissance en modélisation et en programmation (e.g. python, R, fortran, C++).
  • Maitrise de l’environnement linux 
  • Maitrise de l’anglais
 

 



Conditions de travail

 

La personne recrutée sera accueillie au sein du laboratoire DHYSED et travaillera en interaction forte avec le laboratoire LEBCO (Laboratoire d’écologie benthique côtière), le Laboratoire Environnement Ressources (LER) de l’Ifremer basé à Arcachon ainsi que des chercheurs en sciences des données et écologie des universités australiennes. Un séjour d’une durée minimale de 6 mois à Queensland University of Technology (Brisbane) sera envisagé dans la première partie de la thèse pour développer le réseau bayésien dynamique décrivant la dynamique spatio-temporelle des herbiers du bassin d’Arcachon sous différentes conditions de pressions anthropiques et de scénarios de changement climatique.

 

Au cours de ce travail, le/la doctorant(e) bénéficiera :

  • d’un encadrement international composé de chercheurs français et australiens, experts reconnus dans leur domaine,
  • d’encadrants disponibles et impliqués, qui le guideront et lui laisseront développer son autonomie scientifique au cours des 3 années,
  • d’un financement acquis pour participer à des conférences internationales et se rendre au LER Arcachon pour discuter avec les acteurs locaux, scientifiques, gestionnaires et usagers du bassin.

 

Véritable opportunité de travailler sur les thématiques prioritaires de l’Ifremer, les contrats doctoraux proposés par l’Ifremer ouvrent droit, pour une durée de 3 ans, à une rémunération forfaitaire mensuelle brute égale à 1900 euros, non cumulable avec d’autres bourses d’étude.

 



Comment postuler ?

Le dossier de candidature doit comprendre :

  • un CV
  • une lettre de motivation
  • une lettre de référence
  • un relevé de notes (Licence + Master 1 et premier semestre Master 2)

L’ensemble des documents doit être déposé sur ce site sous la forme de 2 documents PDF. Chaque document pouvant aller jusqu'à 1.5 MB.

Si vous rencontrez un problème pour joindre vos documents, merci de déposer votre CV sur ce site (Pour que nous puissions assurer le suivi, cette démarche est obligatoire pour la prise en compte de votre candidature) et d’envoyer votre dossier par email au co-encadrant de thèse : Heloise.Muller@ifremer.fr

 

La date limite pour la remise des candidatures est le 2 mai 2021. Néanmoins, nous vous engageons fortement à faire part dès que possible de votre intention de postuler, en prenant contact avec le responsable de sujet.

Les contrats des doctorants démarreront à compter du 1er octobre 2021, sous réserve de la production par le doctorant des documents administratifs autorisant son recrutement par l’Ifremer (attestation de réussite au master 2 ou diplôme d’ingénieur + visa pour les doctorants étrangers hors U.E.).

 

 

 

 

 

Pour postuler

Date de clôture de réception de candidatures : 02/05/2021

Toutes nos candidatures sont traitées exclusivement via notre site Carrières.