Thèse : Décryptage du Cycle de Vie de la microalgue haptophyte Tisochrysis lutea : vers l’obtention de lignées hybrides de micro - Nantes, Pays de la Loire, FR - IFREMER

Publiée le: 3/17/2021

Résumé de l'offre

Description de l'offre

Poste à pourvoir: Thèse : Décryptage du Cycle de Vie de la microalgue haptophyte Tisochrysis lutea : vers l’obtention de lignées hybrides de microalgues (H/F)

Référence du poste : PV-2021-922

Structure d'accueil : Département des Ressources Biologiques et Environnement

Unité de recherche Biotechnologie des Ressources Marines

Laboratoire Physiologie et Biotechnologie des Algues

Localisation :  Nantes, Pays de la Loire, FR

Durée du contrat : 3 ans

 

Date de clôture de réception de candidatures : 17/04/2021

 

 

L’Ifremer

Reconnu dans le monde entier comme l’un des tout premiers instituts en sciences et technologies marines, l’Ifremer s’inscrit dans une double perspective de développement durable et de science ouverte. Il mène des recherches, innove, produit des expertises pour protéger et restaurer l’océan, exploiter ses ressources de manière responsable, et partager les connaissances et les données marines afin de créer de nouvelles opportunités pour une croissance économique respectueuse du milieu marin.

Présents sur toutes les façades maritimes de l’hexagone et des outremers, ses laboratoires sont implantés sur une vingtaine de sites dans les trois grands océans : l’océan Indien, l’Atlantique et le Pacifique. Pour le compte de l’Etat, il opère la Flotte océanographique française au bénéfice de la communauté scientifique nationale. Il conçoit ses propres engins et équipements de pointe pour explorer et observer l’océan, du littoral au grand large et des abysses à l’interface avec l’atmosphère.

Ouverts sur la communauté scientifique internationale, ses 1500 chercheurs, ingénieurs et techniciens font progresser les connaissances sur l’une des dernières frontières inexplorées de notre planète ; ils contribuent à éclairer les politiques publiques et à l’innovation pour une économie bleue durable. Leur mission consiste aussi à sensibiliser le grand public aux enjeux maritimes.

Fondé en 1984, l'Ifremer est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), dont le budget avoisine 240 millions d’Euros. Il est placé sous la tutelle conjointe des ministères de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), de la Transition écologique et solidaire (MTES), de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA).

 

Description de l'offre:

Situé sur le Centre Atlantique, le laboratoire de Physiologie et Biotechnologie des Algues (LPBA) concentre ses activités de recherche sur la compréhension des stratégies et des mécanismes de réponse des microalgues marines à leur environnement. Cette thématique est abordée par des approches multidisciplinaires et complémentaires que sont la physiologie, la biochimie, la génétique, la génomique, la bio-informatique et la modélisation. En complément de ses activités, le laboratoire s’investi également sur la thématique de l’amélioration des espèces de microalgues dans laquelle se positionne cette thèse.

Le LPBA entretient de nombreuses collaborations avec des équipes nationales et internationales via ses différents projets.

La thèse proposée s’inscrit dans le cadre du projet de recherche Cernunnos financé par la Région des Pays de la Loire (PdlL) (AAP 2020 « Paris Scientifiques »). La thèse, cofinancée par la région PdlL et l’Ifremer, sera rattachée à l'école doctorale des Sciences de la Mer et du Littoral (SML) de l'Université de Nantes. La réalisation du projet de thèse impliquera une collaboration avec la plate-forme CytoCell de l’Université de Nantes.

https://wwz.ifremer.fr/pba/

https://cytocell.univ-nantes.fr/

 

 

 



Résumé de la thèse



Contexte:

Les microalgues sont un groupe paraphylétique d’organismes unicellulaires extrêmement diversifiés qui sont à la base de la chaîne alimentaire en milieu aquatique. Elles participent à environ 50 % de la production primaire mondiale et jouent un rôle important dans la séquestration du CO2 atmosphérique. Le potentiel biotechnologique des microalgues est aujourd’hui établi et les applications envisagées sont prometteuses et concernent des domaines variés : santé, cosmétique, alimentation humaine et animale, bio-remédiation, production de protéines recombinantes et de biocarburants de 3ème génération. Dans un contexte actuel incertain concernant les ressources énergétiques et alimentaires, l’exploitation des microalgues s’avère donc d’un grand intérêt à explorer. Les coûts de production des microalgues demeurent cependant trop élevés et limitent le développement de la filière. Ainsi, à l’image des plantes, l’exploitation économiquement rentable des microalgues passera nécessairement par l’exploitation de souches améliorées. Or, l’amélioration des espèces de microalgues n’a suscité que peu d’intérêt de la part de la communauté scientifique jusqu’à une époque récente. Différentes stratégies d’amélioration des microalgues existent, mais le croisement génétique de souches pour la production d’hybrides de microalgues d’intérêt n’a encore jamais été réalisé, notamment en raison du peu de connaissances disponibles sur le cycle de reproduction de la plupart des microalgues.

Enjeux & Objectifs du projet de thèse :

En dépit de leur importance écologique et commerciale, les cycles de vie de la plupart des microalgues sont encore peu connus. Ce constat s’applique notamment à la microalgue modèle de cette étude : l’haptophyte Tisochrysis lutea. Cette microalgue appartient à la famille des Isochrysidacées et suscite de nombreux intérêts biotechnologiques en alimentation humaine et animale du fait de sa richesse en acides gras polyinsaturés (notamment le DHA, acide docosahexaénoïque). Le cycle de vie et plus particulièrement le cycle sexuel de cette espèce sont encore inconnus. Les seules évidences de la présence d’évènements de reproduction sexuée chez T. lutea reposent essentiellement sur des analyses de polymorphismes réalisées à partir de données de transcriptomique et de génétique qui suggèrent fortement l’existence d’un brassage chromosomique. Ces premières évidences ouvrent ainsi la voie à de nombreuses questions :

  • Quels sont les déterminants (abiotiques ou biotiques) capables d’induire la reproduction sexuée chez ces deux espèces ?

 

  • Existe-t-il des morphotypes correspondant aux gamètes ? Serait-on en mesure de maîtriser ces évènements de reproduction ?

Ainsi, les objectifs de cette thèse consisteront à

  • décrire le Cycle de Vie de la microalgue T. lutea
  • rechercher des morphotypes particuliers et/ou des biomarqueurs indirects témoins de la présence d’un cycle sexuel en fonction des conditions écophysiologiques
  • réaliser les premiers tests de croisement.

 

Contexte de travail :

La thèse s’inscrit dans le cadre du projet de recherche Cernunnos financé par la Région des Pays de la Loire (PdlL) (AAP 2020 « Paris Scientifiques »). La thèse, cofinancée par la région PdlL et l’Ifremer, sera rattachée à l'école doctorale des Sciences de la Mer et du Littoral (SML) de l'Université de Nantes. La formation et l'avancement des recherches du doctorat suivront les procédures standards de l'école doctorale avec la mise en place d'un Comité de Suivi Individuel (CSI) de thèse rapidement au premier trimestre 2022. La réalisation du projet de thèse impliquera une collaboration avec la plate-forme Cytocell de l’Université de Nantes.



Mots-clés

Microalgue – Haptophyte - Cycle de Vie  - Reproduction Sexuée

 

 

Profil recherché

  • Le/la candidat(e) devra être titulaire d’un Master 2 Recherche en biologie cellulaire et moléculaire et/ou marine.
  • Il/elle devra posséder de solides connaissances en biologie et physiologie végétale.
  • Il/elle devra maitriser les techniques de base en biologie moléculaire et cellulaire.
  • Des compétences en cytométrie en flux seront également appréciées.
  • Nous recherchons un/une jeune chercheur.euse qui saura s'approprier le projet, ayant une certaine autonomie et une forte motivation pour développer des compétences biologie cellulaire et physiologie chez les microalgues.
  • Le/la candidat(e), à travers une lettre de candidature et de motivation devra montrer sa capacité à travailler en laboratoire et de s’investir dans le sujet proposé, de rédiger et communiquer en anglais.
 

 



Conditions de travail 

  • Du fait de la nature collaborative du projet avec la plateforme nantaise de cytométrie, des déplacements réguliers entre l’Ifremer et la plate-forme Cytocell seront à prévoir pour réaliser certaines expérimentations en cytométrie de flux.

 

Véritable opportunité de travailler sur les thématiques prioritaires de l’Ifremer, les contrats doctoraux proposés par l’Ifremer ouvrent droit, pour une durée de 3 ans, à une rémunération forfaitaire mensuelle brute égale à 1900 euros, non cumulable avec d’autres bourses d’étude.

 



Comment postuler ?

Le dossier de candidature doit comprendre :

  • un CV
  • une lettre de motivation
  • une lettre de référence
  • un relevé de notes (Licence + Master 1 et premier semestre Master 2)

L’ensemble des documents doit être déposé sur ce site sous la forme de 2 documents.PDF. Chaque document pouvant aller jusqu'à 1.5 MB.

Si vous rencontrez un problème pour joindre vos documents, merci de déposer votre CV sur ce site (Pour que nous puissions assurer le suivi, cette démarche est obligatoire pour la prise en compte de votre candidature) et d’envoyer votre dossier par mail à : bruno.saintjean@ifremer.fr

La date limite pour la remise des candidatures est le 17 Avril 2021. Néanmoins, nous vous engageons fortement à faire part dès que possible de votre intention de postuler, en prenant contact avec le responsable de sujet.

Les candidat(e)s doivent obligatoirement postuler à ce sujet de thèse sur le site de l’Ecole Doctorale Sciences de la Mer (Thèses 2021 — TEBL (doctorat-bretagneloire.fr)) avant le 17 Mai 2021 afin que leur candidature soit retenue.

Les contrats des doctorants démarreront à compter du 1er octobre 2021, sous réserve de la production par le doctorant des documents administratifs autorisant son recrutement par l’Ifremer (attestation de réussite au master 2 ou diplôme d’ingénieur + visa pour les doctorants étrangers hors U.E.).

 

 

 

Pour postuler

Date de clôture de réception de candidatures : 17/04/2021

Toutes nos candidatures sont traitées exclusivement via notre site Carrières.