Ce site utilise des cookies. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies, cliquez Politique d'utilisation des cookies

Stage Master 2 ou 3ème année Ingénieur en chimie ou environnement (H/F) - Plouzané, Bretagne, FR - IFREMER

Publiée le: 2/11/2019

Résumé de l'offre

Description de l'offre

Poste à pourvoir: Stage Master 2 ou 3ème année Ingénieur en chimie ou environnement (H/F)

Référence du poste : STG-2019-617

Structure d'accueil : Département des Ressources Physiques et Ecosystemes de fond de Mer

Unité de recherche - Recherches et Developpements Technologiques

Laboratoire Détection, Capteurs et Mesures

Localisation :  Brest, Bretagne, FR

Durée du contrat : 5/6 mois

 

Date de clôture de réception de candidatures : 03/03/2019

 

 

 

Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, l’Ifremer contribue, par ses travaux et expertises, à la connaissance des océans et de leurs ressources, à la surveillance du milieu marin et littoral et au développement durable des activités maritimes. L’Ifremer est source de connaissances, d’innovation, de données de surveillance et d’expertise pour le monde de la mer, à la fois en matière de politique publique et d’activité socio-économique. Il est la seule structure de ce type en Europe.

 

Fondé en 1984, l'Ifremer est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), placé sous la tutelle conjointe du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et du ministère de la Transition écologique et solidaire.

 

Description de l'offre:

Sujet du stage :

Développement analytique de la mesure du fer dissous et de sa spéciation aux concentrations nanomolaires en milieu aquatique le long du système Terre-Océan.

 

Structure d’accueil :

Département Ressources physiques et Ecosystèmes de fond de Mer (REM),
Unité Recherches et Développements Technologiques (RDT),
Laboratoire Détection Capteurs et Mesures (LDCM).

 

Encadrants :

- Agathe Laës-Huon, Laboratoire Détection Capteurs et Mesures (LDCM)

- Gabriel Dulaquais, Groupe Chimie Marine, Laboratoire LEMAR, Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM)


Objectifs de stage :

Au sein du laboratoire Détection Capteurs et Mesures du centre Bretagne de l'Ifremer, vous serez en charge du développement analytique de méthodes d’analyses électrochimiques et en flux avec détection par chimiluminescence. Suite à ce développement vous appliquerez ces méthodes à des échantillons d’eaux naturelles afin de déterminer la spéciation physico-chimique du Fer dissous le long du continuum Terre-Océan. Vous interpréterez ensuite ces résultats à l’aide d’outils numériques (GWB, ProMCC, R) et de l’ensemble des paramètres physicochimiques disponibles. Ce stage s’inscrit dans le cadre du Projet FeLINE (Fe ligands in the Aulne Estuary).

 

Descriptif du projet :

Le fer (Fe) est un élément essentiel au développement des producteurs primaires marins. A l’échelle régionale, sa biodisponibilité pourrait être modifiée au cours du 21ème siècle. Dans ce contexte, le projet FeLINE impliquant trois laboratoires (LDCM/Ifremer, LEMAR/UBO, LGO/CNRS) vise à étudier la spéciation physicochimique du Fe le long du système Aulne/rade de Brest/mer d’Iroise en utilisant une approche multi instrumentale.

L’importance du fer dans le cycle océanique du carbone, et indirectement sur le climat, est clairement établie (photosynthèse, respiration, cycle cellulaire de l’azote [1]). En effet, le fer est l’un des facteurs limitant la production primaire dans plus de 40% de l’océan mondial [2]. La stratification estivale du plateau continental de l’Atlantique Nord-Est isole les eaux de surface appauvries en fer des eaux de fond plus riches rendant ainsi l’écosystème marin de ce plateau sensible à la disponibilité du fer [3]. Cette stratification saisonnière devrait augmenter d'environ 20 % d'ici la fin du XXIe siècle en raison du changement climatique [4] diminuant drastiquement le flux diffusif de nutriments, y compris du fer et exacerbant ainsi l’oligotrophie estivale du plateau de l’Atlantique Nord-Est. En dépit des avancées sur son implication biochimique, l’absence de données sur sa spéciation physico-chimique dans les eaux naturelles est criante. Selon sa forme (libre, complexée inorganiquement ou organiquement), sa stabilisation dans la colonne d’eau, son transport, son transfert vers le compartiment sédimentaire ou sa capacité à être assimilé par les microorganismes marins sera différente [5]. Il est maintenant admis que le fer dissous est complexé à plus de 99% à des ligands organiques [6, 7]. Cependant l’origine, le type, la biodisponibilité de ces ligands restent encore mal connus.

Ce sujet de stage vise à étudier la spéciation physicochimique du fer dans le continuum Terre-mer du plateau Nord-Est Atlantique via une approche multi instrumentale. Nous proposons d’utiliser d’une part, une méthode de détermination du fer dissous et soluble à la concentration nanomolaire que le stagiaire devra adapter sur un analyseur en flux de laboratoire (Analyse par injection de flux et détection colorimétrique) et d’autre part sur une méthode de dosage par électrochimie sur goutte de mercure pour l’analyse de la spéciation organique du fer [8] ainsi que des substances humiques complexant le fer [9]. Enfin le futur stagiaire assurera l’analyse d’échantillons prélevés (20 stations) le long du système Aulne/rade de Brest/mer d’Iroise ainsi que l’interprétation du jeu de données obtenues.

 

Perspectives du sujet et ouvertures possibles pour l'étudiant(e) :

Les compétences analytiques des équipes engagées sur ces méthodes et la formation de l’étudiant(e) nous permettront de soulever les verrous technologiques et méthodologiques. Ces résultats rendront possible l’enrichissement des connaissances sur le cycle biogéochimique du fer et en particulier sur son transport depuis les rivières vers les océans, sujet de découvertes récentes mais aussi de fortes controverses. Un dépôt de thèse en 2019 sur cette thématique pourra être envisagé dépendamment des avancées du projet et de la motivation du candidat.

 

Références utiles :

[1] Morel, F. M. M., & Price, N. M. (2003). Science, 300(5621), 944-947.

[2] De Baar, H. J., Boyd, P. W., Coale, K. H., Landry, M. R., Tsuda, A., Assmy, P.. & Buesseler, K. O. (2005). Journal of Geophysical Research: Oceans, 110(C9).

[3] Birchill, A. J., Milne, A., Woodward, E. M. S., Harris, C., Annett, A., Rusiecka, D., & Geibert, W. (2017). Geophysical Research Letters, 44(17), 8987-8996.

[4] Holt, J., Wakelin, S., Lowe, J., & Tinker, J. (2010). Progress in Oceanography, 86(3-4), 361-379.

[5] Tagliabue, A., Bowie, A. R., Boyd, P. W., Buck, K. N., Johnson, K. S., & Saito, M. A. (2017). Nature, 543(7643), 51.

[6] Gledhill, M., & van den Berg, C. M. (1994). Marine Chemistry, 47(1), 41-54.

[7] Witter, A. E., Hutchins, D. A., Butler, A., & Luther III, G. W. (2000). Marine Chemistry, 69(1-2), 1-17.

[8] Abualhaija, M. M., & van den Berg, C. M. (2014). Marine Chemistry, 164, 60-74.

[9] Dulaquais, G., Waeles, M., Gerringa, L. J., Middag, R., Rijkenberg, M. J., & Riso, R. (2018). Journal of Geophysical Research: Oceans.

 

 

Profil recherché

Niveau : 3ème année d’école d’ingénieur et/ou Master 2 chimie ou environnement

Profil du candidat : Etudiant(e) en dernière année d’école d’ingénieur de chimie et/ou en Master 2 de recherche en chimie et ou environnement, vous êtes attiré(e) par la recherche, l’étude des systèmes aquatiques ainsi que leur géochimie. Vous souhaitez acquérir de nouvelles compétences en chimie analytique, ingénierie analytique de l’eau ainsi qu’en modélisation physico-chimique. 


 

 

Durée du stage : 5 à 6 mois (temps plein)

Gratification : Oui

 

 

 

Pour postuler

Date de clôture de réception de candidatures : 03/03/2019

Toutes nos candidatures sont traitées exclusivement via notre site Carrières.