CDD ingénieur halieute (H/F) - Station de Sète - IFREMER

Publiée le: 9/10/2021

Résumé de l'offre

Description de l'offre

Poste à pourvoir: CDD ingénieur halieute (H/F)

Référence du poste : CDD 2021-1007

Structure d'accueil : Département des Ressources Biologiques et Environnement

Unité de recherche Marine Biodiversity, Exploitation and Conservation

Laboratoire Halieutique Méditerranéenne

Localisation :  Sète, Occitanie, FR

Durée du contrat : 12 mois

 

Date de clôture de réception de candidatures : 01/10/2021

 

 

L’Ifremer

Reconnu dans le monde entier comme l’un des tout premiers instituts en sciences et technologies marines, l’Ifremer s’inscrit dans une double perspective de développement durable et de science ouverte. Il mène des recherches, innove, produit des expertises pour protéger et restaurer l’océan, exploiter ses ressources de manière responsable, et partager les connaissances et les données marines afin de créer de nouvelles opportunités pour une croissance économique respectueuse du milieu marin.

Présents sur toutes les façades maritimes de l’hexagone et des outremers, ses laboratoires sont implantés sur une vingtaine de sites dans les trois grands océans : l’océan Indien, l’Atlantique et le Pacifique. Pour le compte de l’Etat, il opère la Flotte océanographique française au bénéfice de la communauté scientifique nationale. Il conçoit ses propres engins et équipements de pointe pour explorer et observer l’océan, du littoral au grand large et des abysses à l’interface avec l’atmosphère.

Ouverts sur la communauté scientifique internationale, ses 1500 chercheurs, ingénieurs et techniciens font progresser les connaissances sur l’une des dernières frontières inexplorées de notre planète ; ils contribuent à éclairer les politiques publiques et à l’innovation pour une économie bleue durable. Leur mission consiste aussi à sensibiliser le grand public aux enjeux maritimes.

Fondé en 1984, l'Ifremer est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), dont le budget avoisine 240 millions d’Euros. Il est placé sous la tutelle conjointe des ministères de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), de la Mer (MinMer), de la Transition écologique et solidaire (MTES), de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA).

 

Description de l'offre:

L’unité Ifremer intégrée dans l’UMR MARBEC (MARine Biodiversity, Exploitaion and Conservation) mène des travaux de recherche sur la biodiversité marine, ses usages et sa conservation, plus particulièrement en écologie halieutique et en aquacultures durables. Les actions du laboratoire Halieutique Méditerranée (LHM), qui est l’une des composantes de cette unité, se développent dans trois domaines complémentaires : (i) dynamique des populations et des flottilles pour les principales espèces de poisson exploitées, (ii) écologie halieutique et interactions trophiques et (iii) écologie d’espèces marines menacées et interactions avec la pêche.

Sous la direction du responsable d’Unité (Marbec) et de laboratoire (LHM), il/elle travaillera en partenariat avec les responsables de l’action « scan data poor » inscrite à la convention socle de l’IFREMER pour 2021.



Missions principales

En mer Méditerranée, dans le Golfe du Lion, les débarquements de la flottille chalutière française concernent environ 250 espèces. Seules 4 parmi elles, représentant environ un quart des volumes débarqués, font l’objet d’évaluations de l’état de leurs stocks qui sont menées au sein du STECF (UE) et de la CGPM (FAO). Il y a donc une absence d’indicateurs du niveau d’exploitation pour la grande majorité des espèces capturées représentant 75 % des tonnages exploités par cette flotte. En outre, aucune des espèces principalement ciblées par la flottille côtière ne fait l’objet d’évaluation.

Cette situation s’explique pour de nombreuses espèces par un manque d’informations biologiques sur le cycle de vie (maturité, reproduction, croissance, âge, dynamique spatio-temporelle) et également par un manque de statistiques de pêche fiables et de long terme concernant les espèces exploitées par la flottille côtière. Or les modèles actuellement utilisés pour réaliser les évaluations de stock ne sont pas adaptés à ce contexte de lacune de données pour ces stocks qualifiés de « data-poor ».

Sur la base des nombreuses méthodes fournissant des indicateurs sur le niveau d’exploitation de stock et adaptées au contexte « data-poor » développées ces dernières années, il/elle testera l’adéquation entre ces méthodes, les données disponibles et les hypothèses statistiques et écologiques qu’elles nécessitent afin d’évaluer la capacité à étendre le spectre des espèces évaluées en Méditerranée.



Activités principales

  • Produire un bilan du type, de la structure et de la longueur des séries de données disponibles et issues des différents programmes de collecte concernant une liste d’espèces d’intérêt, exploitées en mer Méditerranée française, mais ne faisant pas l’objet d’évaluation quantitative de stock (parmi lesquelles : Daurade royale, Loup, Elédones, Poulpe de roc, Lottes, Roussette, Chinchards, Tacaud, Maquereau,…).
  • Réaliser une revue des méthodes existantes de production d’indicateurs « data-poor » dont la mise en œuvre est standardisée (existence de bibliothèques logicielles), et identifier en fonction de leurs hypothèses et de leurs besoins en données, les stocks pour lesquels elles pourraient être appliquées.
  • Valider l’application de ces méthodes « data-poor » sur un ou des stocks actuellement suivis en comparant leur performance à celles des méthodes classiques actuellement utilisées pour les évaluations.
  • Proposer une liste d’espèces/méthodes candidates offrant des résultats pertinents en termes d’indicateurs des niveaux d’exploitation et fournir un avis critique de leur application à plus long terme pour étendre le spectre des espèces évaluées en Méditerranée française.
  • Contribuer à la rédaction d’un rapport final et à la restitution des résultats auprès des parties prenantes. Interagir avec d’autres projets ou réseaux travaillant sur l’application des méthodes « data poor » au sein ou à l’extérieur d’Ifremer.
 

 

Profil recherché

Formation initiale et expériences professionnelles attendues.

Diplôme d’ingénieur ou Doctorat dans au moins un des domaines suivants : écologie quantitative halieutique, dynamique des populations, statistique.



Compétences mises en œuvre

 Compétences techniques / métiers

  • Expérience dans le domaine de l’évaluation de stocks halieutiques, notamment dans les approches « data poor »
  • Excellente maîtrise du logiciel R, de l’expérience dans les domaines de l’ajustement de modèles bayesiens (JAGs) et/ou de dynamique de population non linéaire (ADMB) est un plus.
  • Connaissance du contexte de la pêche en Méditerranée appréciée

Qualités personnelles

  • Esprit collaboratif, capacités d’intégration pluri-disciplinaire
  • Rigueur, flexibilité, ténacité, autonomie
  • Bonnes capacités de communication écrite et orale
 

 

Conditions de travail

Temps plein

 

 

 

Pour postuler

Date de clôture de réception de candidatures : 30/09/2021

Toutes nos candidatures sont traitées exclusivement via notre site Carrières.